qu-est-ce-qu-un-referent-handicap

Qu’est ce qu’un référent handicap ? 

De manière générale :

  • Le référent handicap doit être en capacité de répondre aux interrogations d’un employé sur l’utilité de sa reconnaissance en tant que bénéficiaire de la loi.
  • Le référent handicap est également le correspondant avec les missions handicap nationales ou associatives.
  • Le référent handicap met en en place des solutions pour faire face aux contextes d’inaptitudes.
  • Il met en œuvre les procédures adaptées lors des arrêts de travail ou dans les cas de restriction d’aptitude.
  • Le référent handicap anticipe et prépare l’intégration des nouveaux arrivants en situation de handicap
  • Il guide les employés dans leurs processus de reconnaissance en tant que bénéficiaire de la loi.
  • Le référent handicap accompagne les employés au cours de leur parcours dans l’organisation.
  • Il est l’interlocuteur privilégié du salarié et répond notamment à ses questions quant à l’intérêt d’être reconnu comme bénéficiaire de la loi.

Handicap et Référentiel National Qualité : quel est le rôle d’un référent handicap ? 

Les personnes en situation de handicap (PSH) font l’objet d’une attention particulière dans les différents indicateurs du Référentiel Qualiopi. 

11 indicateurs font référence aux personnes en situation de handicap.

CRITÈRE 1

Les conditions d’information du public sur les prestations proposées, les délais pour y accéder et les résultats obtenus.

Indicateur 1 (Information au public) : Le prestataire de formation doit diffuser clairement (sur son site internet par exemple) les modalités d’accès pour les personnes handicapées. Ces informations sont également envisageables dans le livret d’accueil et le registre d’accessibilité.

CRITÈRE 2 

L’identification précise des objectifs des prestations proposées et l’adaptation de ces prestations aux publics bénéficiaires lors de la conception des prestations 

Indicateur 4 (Analyse du besoin du bénéficiaire) : Des adaptations spécifiques doivent être mises en place par le prestataire en cas d’accueil d’un public en situation de handicap (psh). Ces adaptations peuvent d’ordre technique, pédagogique et humain.

CRITÈRE 3 

L’adaptation aux publics bénéficiaires des prestations et des modalités d’accueil, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation mises en œuvre 

Indicateur 9 (Condition de déroulement de la prestation) : Les modalités d’accueil des PSH sont formalisées et les conditions d’accès aux locaux sont adaptées.

Indicateur 10 (Mise en œuvre de la prestation) : Les ressources (associations, correspondants…) pouvant contribuer aux aménagements des parcours des personnes en situation de handicap doivent être régulièrement actualisées.

CRITÈRE 4 

L’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement aux prestations mises en œuvre  Indicateur 18 (Mobilisation et coordination des intervenants) : Le référent handicap doit apparaitre clairement dans l’organisation (nonobstant d’autres fonctions). Présent dans l’organigramme / dans la liste des référents, ses fonctions sont décrites dans sa fiche de poste.

Indicateur 19 (Ressources Pédagogiques) : Les accès, les spécificités des supports et les retours d’expériences doivent permettre une adaptation permanente des ressources aux personnes en situation de handicap.

Indicateur 20 (Référents : Spécifique CFA) : le nom et le contact du référent handicap doit être clairement communiqué chez le prestataire de formation. Une lettre de nomination de la direction générale est un moyen d’officialiser son rôle dans l’organisation.

CRITÈRE 5

La qualification et le développement des connaissances et compétences des personnels chargés de mettre en œuvre les prestations

Indicateur 21 (Compétences des intervenants) : le personnel doit être sensibilisé à l’accueil du public en situation de handicap. Une plaquette traitant de ce sujet est un bon moyen d’attirer leur attention sur le sujet.

CRITÈRE 6 

L’inscription et l’investissement du prestataire dans son environnement professionnel

Indicateur 23 (Veille légale et réglementaire) : Le champ du handicap doit faire partie du processus de veille légale et réglementaire. Les éléments collectés doivent être pris en compte par le prestataire en cas d’applicabilité.
Indicateur 25 (Veille sur les innovations pédagogiques et technologiques) : Le scope du handicap doit être pris en compte dans cette catégorie de veille afin d’étudier les avancées potentiellement applicables chez le prestataire.
Indicateur 26 (Mobilisation autour des publics en situation de handicap) : Les preuves de l’existence d’un réseau dans de domaine du handicap et susceptible d’aider le prestataire dans le domaine du handicap, doivent être formalisées. Il est également nécessaire de prouver la mise à jour des connaissances et des compétences du référent handicap. 

*Le handicap peut-être de plusieurs types : handicap mental, handicap psychique, handicap auditif, handicap sensoriel, handicap visuel, handicap moteur…

 

Comment être référent handicap ?